Veille juridique : Santé-sécurité au travail

Retour sur la responsabilité pénale des personnes morales en cas d’accident du travail

Selon l’article 121-2 du code pénal, les personnes morales, à l’exception de l’État, sont responsables pénalement des infractions commises, pour leur compte, par leurs organes ou représentants.

Ainsi, en cas d’accident mortel sur le lieu de travail, l’entreprise peut voir sa responsabilité pénale engagée pour homicide involontaire, en cas de faute, non intentionnelle, d’un de ses dirigeants.  

La chambre criminelle de la Cour de cassation vient de rappeler le principe dans un arrêt du 31 octobre 2017.

Dans cette affaire, sur une plateforme pétrolière, un agent de maintenance  avait été mortellement blessé par suite de l’explosion d’une pompe d’extraction de pétrole qu’il tentait de remettre en marche. L’enquête  sur les causes de l’accident avait révélé que le système de sécurité de la pompe n’avait pas fonctionné correctement du fait d’un défaut de lubrification, imputable à une information insuffisante des opérateurs sur les règles de maintenance de l’équipement en cause. En conséquence, la société avait vu sa responsabilité pénale engagée pour homicide involontaire.

En défense, la société avait fait valoir que l’on ne pouvait engager sa responsabilité dans la mesure où son dirigeant, représentant de la personne morale, n’avait commis personnellement aucune faute en relation causale avec l’accident, puisqu’il travaillait au siège social et n’intervenait pas sur le site pétrolifère où avait eu lieu l’accident.

Si cette argumentation a pu convaincre  la Cour d’appel, il ne pouvait en être de même, devant la Cour de cassation.

La chambre criminelle rappelle ainsi dans cet arrêt que « lorsqu’ils constatent la matérialité d’une infraction non intentionnelle susceptible d’être imputée à une personne morale, il appartient aux juges du fond d’identifier, au besoin en ordonnant un supplément d’information, celui des organes ou représentants de cette personne dont la faute est à l’origine du dommage ».

Or, en l’espèce, faute d’avoir consenti une délégation de pouvoirs en matière d’hygiène et de sécurité, le dirigeant de la société avait bien commis une faute personnelle en ne veillant pas à la stricte et constante mise en œuvre des dispositions édictées par le code du travail et les règlements pris pour son application en vue d’assurer la sécurité des travailleurs. Dès lors, la responsabilité de la personne morale ne pouvait être écartée du fait de la faute de son dirigeant qui n’avait pas assumé correctement son obligation générale de sécurité.

En pratique, cet arrêt permet de rappeler qu’en raison de sa responsabilité en matière de santé-sécurité au travail, un dirigeant a tout intérêt à procéder à une délégation de pouvoirs en matière d’hygiène et de sécurité quand il ne peut matériellement pas assumer ses obligations en la matière.

 Cass. crim., 31 oct. 2017, n°16-83.683

Articles associés

Contenu des articles accessible uniquement aux abonnés

Responsabilité pénale de l’employeur en cas de défaut de visite médicale d’embauche

Plus en détailMoins de détail

Par Vincent PRUNEVIEILLE Semaine juridique social, 1er mars 2016

Vaccinations professionnelles

Plus en détailMoins de détail

10/06/2015
Elissaveta PETKOVA
Cahiers du DRH n° 220, mai 2015

Négocier un accord sur la qualité de vie au travail

Plus en détailMoins de détail

10/03/15
Paul-Henri ANTONMATTEI
Droit social n° 2, février 2015

Médecin du sport et médecin du travail : la bonne articulation

Plus en détailMoins de détail

10/03/15
Jacques BARTHELEMY
Jurisport n° 150, Février 2015, p. 32
A propos de la divergence de position entre le médecin du travail et le médecin de club sportif

La pénible réforme de la pénibilité

Plus en détailMoins de détail

10/03/2015
Aurélia DEJEAN DE LA BATIE
Cahiers du DRH n° 215, décembre 2014
A propos de la réforme de la pénibilité

La thématiques du moment

Intitulé Date Bureau Fiche Contact
Burn out stress au travail harcèlement de la prévention... Tous

 Planifier 

Comment faire face à l'altération de l'état de santé... Tous

 Planifier 

Alcool, tabac, drogue, risques routier : comment les gérer Tous

 Planifier 

Faire face à l'accident du travail : comment le contester... Tous

 Planifier 

Santé au travail et médecine du travail Tous

 Planifier 

Carte des régions 18
bureaux
en
france

Des interlocuteurs dédiés

Barthélémy Avocats met à votre disposition, au sein de 18 villes en France, un réseau d'avocats et d'assistantes dédiés à l'organisation, au suivi et à l'animation des formations aussi bien en intra qu'en inter entreprises.

Contactez vos experts formation locaux :

En 2015, Barthélémy Avocats
célèbre son 50e anniversaire !

50 ans d’expertise, d’innovation et de relations humaines, qui ont fait de notre cabinet le partenaire
incontournable des entreprises en matière de droit social.

Afin de remercier ses clients, partenaires, relations et amis de leur fidélité, Barthélémy Avocats
organise un véritable Tour de France du 31 mars au 26 juin 2015, qui mettra à l’honneur ses 16
bureaux répartis sur toute la France.

Le 26 juin 2015, une conférence exceptionnelle se tiendra dans l’hémicycle du Conseil Economique,
Social et Environnemental à Paris, en présence de Jacques Barthélémy et de prestigieux intervenants,
qui honoreront les participants de leur présence.